Grande manifestation de la Santé

Crédit photo de couverture ©LaMeute – Moulinette

Dimanche 29 mars, nous manifesterons pour dénoncer la crise dans le secteur de la santé.

Depuis plusieurs années, un sous financement provoque la dégradation de notre système de soin. Par manque d’argent public les acteurs de la santé ont de plus en plus recourt au financement privé, à la surfacturation et au technique managériale productiviste.
Cette dynamique provoque mal être au travail, détérioration de la qualité des soins, bas salaires et manque d’effectifs.

En bref, une nouvelle dynamique mercantile a fait son apparition dans un secteur qui était jusqu’alors préservé par la marchandisation.

Face à cette mentalité basée sur l’argent et les chiffres nous opposons la qualité des soins et l’humanité. De cette dynamique nous n’en voulons pas ! Il nous apparaît impensable de laisser l’aspect financier au centre de nos décisions. Nous devrions, au contraire, privilégier un secteur de la santé, exempt des dynamiques productivistes et du management oppressif, au service de la population, juste et égale, respectant ses travailleur·euse·s comme ses patient·e·s. Voilà ce que nous défendons, voilà ce pourquoi nous manifesterons !

Pour
➕ de salaire ➕ d’effectifs ➕ d’humanité
Venez manifester le 29 mars ❗️

Venez avec vos collègues, de tous les secteurs confondus !
Venez avec votre blouse, blanche, verte, rouge, jaune !
Venez avec vos ami·e·s, vos pancartes, vos slogans,…
Venez avec votre famille et vos ami·e·s qui directement concerné·e·s par cet enjeu !

📌Rendez-vous dimanche 29 mars 13h Porte de Hal

nos revendications:
https://lasanteenlutte.org/nos-revendications/

notre pétition:
https://lasanteenlutte.org/signer-notre-petition/

Communiqué de presse Action Grand-Place de Bruxelles 21/12/19

Ce samedi 21 décembre sur la Grand-Place de Bruxelles, La santé en lutte a réalisé une action symbolique pour dénoncer le sous financement du secteur de la santé. Une trentaine de personnes ont investis la Grand-Place avec calicots, banderoles et slogans, pour dénoncer les conditions de travail, les bas salaires et la détérioration de la qualité des soins !

« Nous voulons plus d’effectifs, plus de salaire et plus d’humanité ! Bientôt nous soignerons sur la paille… Les conditions de travail des professionnels de la santé sont invivables ! La qualité de la prise en charge des patients ne cesse de se détériorer. Nous avons obtenu 67 millions du parlement, c’est un premier pas, mais ce n’est pas ça, ni même les autres millions pour 2020, qui compenseront les milliards de coupes budgétaires de ces dernières années. Il faut un changement de fond ! » – nous explique Marie infirmière et membre de La santé en lutte.

Depuis février déjà, les travailleuses et les travailleurs des soins de santé, des services publics puis du privé, réclamaient un refinancement du secteur. Refinancement refusé par le parlement à l’époque. Mais depuis, une forte mobilisation a permis de débloquer 67 millions pour 2019 et probablement 400 millions pour toute l’année 2020. Mais face aux milliards d’économies réalisées ces dernières années, cette somme est insuffisante. En effet, entre 2014 et 2019, une économie de 2.1 milliards d’euros a été imposée dans les soins de santé avec des répercussions importantes sur la qualité des soins, les remboursements des médicaments, le financement des hôpitaux, etc. Ce budget est donc un bon début, il permettra de l’engagement, mais il ne concerne malheureusement pas les maisons de repos qui sont en grande souffrance. Ensuite, rien n’est pensé pour les patients qui ont fort souffert des réformes de la ministre De Block. Enfin, ce budget ne règle pas la dynamique oppressive et productiviste du management dans les institutions de soins.

« Nous sommes toujours plus sous pression ! Nous devons travailler à la chaine, au risque de maltraiter les patients… Nos responsables ne parlent que de rentabilité ! Rentabilité des soins et des actes auprès des patients. Mais on ne peut pas faire du chiffre avec de l’humain, ce n’est pas possible, ce n’est pas admissible ! Ok, nous aurons plus d’emploi dans le secteur mais combien ? Nous, il nous faudrait au moins 5 personnes en plus pour notre unité ! Est ce qu’ils pourront payer tout ça avec 67 millions pour tous les hôpitaux de Belgique ? Je ne pense pas… Puis, ils nous mettront toujours autant la pression pour être rentable ! C’est cette dynamique qui doit changer… «  s’inquiète Charlotte, aide-soignante et membre de La santé en lutte

Pour finir, La santé en lutte dénonce la marchandisation du secteur de la santé. L’humain doit être remis au centre des priorités et non le profit ou la rentabilité. La santé ne doit pas être rentable mais efficace et humaine. Or, nous constatons que notre système de santé fonctionne à deux vitesses, laissant les personnes précaires dans la maladie. En effet, la précarité peut couter jusqu’à 13 ans d’espérance de vie en Belgique selon Médecins du Monde[1]. Seules les personnes pouvant s’offrir des assurances complémentaires ou privées accèdent à des soins de qualités. Il est inadmissible dans une société aussi riche que la nôtre que de plus en plus de personnes ne se soignent pas pour des motifs financiers. Avec les récentes réformes, une part financière de plus en plus importante est à charge des patient·e·s s selon la dernière étude des mutualités Solidaris[2]. En parallèle, les entreprises pharmaceutiques augmentent leur profit. Leur influence ne cesse de croitre auprès de nos gouvernants[3] et affecte notre système de santé.

La santé en lutte est une organisation de travailleuses et de travailleuses de la santé : infirmièr·e·s, sages-femmes, brancardièr·e·s, aides soignant·e·s, personnel de la lingerie, de la restauration, personnel de l’entretien ménager, technicien·ne·s, secrétaires, laborantin·e·s, ambulancièr·e·s. La santé en lutte regroupe également des patient·e·s et des citoyen·ne·s concerné·e·s par les enjeux de santé. Toutes et tous revendiquent un refinancement des soins de santé, l’arrêt de la marchandisation du secteur et l’implication du personnel et des usagers dans le processus décisionnel. Ceci afin d’offrir à l’ensemble de la population, peu importe l’origine sociale ou culturelle, un service humain, complet et de qualité. « Plus d’effectifs, plus de salaire et plus d’humanité » voilà le mot d’ordre du mouvement. Les différentes revendications sont consultables sur le site www.lasanteenlutte.org et sur la page facebook. La santé en lutte fonctionne en assemblée générale, les prochaines ont lieu à Liège le 24 janvier et à Bruxelles le 7 février.


[1] https://plus.lesoir.be/262725/article/2019-11-26/sante-la-precarite-coute-jusqua-13-ans-de-vie-aux-belges

[2] https://www.lalibre.be/belgique/politique-belge/solidaris-attaque-de-block-le-patient-a-ete-sacrifie-sur-l-autel-de-l-austerite-5c8746f0d8ad5878f0f82883

[3] https://www.test-achats.be/sante/maladies-et-medicaments/medicaments/news/de-block-cadeaux-industrie-pharma#

Déclarez-vous en lutte !

Vous voulez rejoindre le mouvement de La santé en lutte et vous mettre également en lutte pour des meilleures conditions de travail et des meilleures conditions salariales ?

Vous n’avez pas l’occasion de vous mettre en grève pour l’instant ou de faire des actions mais n’êtes pas d’accord avec vos conditions de travail, avec la gestion de votre institution, avec les politiques gouvernementales?
Déclarez le ! Ne restez pas dans le silence !
Il est important de sortir du silence et de dénoncer cette situation, sans quoi nous ne serons jamais entendu·e·s !

Déclarez vous en lutte !
Nous appelons tous les services à se déclarer en lutte
 : service de la lingerie, unité de soins, maison médicale, maison de repos, urgence, brancardage, secrétariat, consultation, bloc d’acc’, bloc op’, maternité, maison médicale, maison de répos,…

Comment faire?
1) Remplir les infos dans ce document
https://forms.gle/7qQCGHePGGQ6a29cA

2) Faire une photo de toi et ton équipe avec la pancarte « Service en lutte ! » que tu peux imprimer à partir de ce lien:
https://drive.google.com/drive/folders/1tf7HBEiHcOlgUGuH4Ci8s8RveJSDlJVb?usp=sharing

3) Nous envoyer cette photo sur lasanteenlutte@gmail.com

Si vous avez des questions vous pouvez toujours envoyer un email à lasanteenlutte@gmail.com

Cette procédure est trop compliquée?
Envoyez nous une photo de vous et de vos collègues motivé·e·s tenant l’affiche si dessous via facebook ou email à lasanteenlutte@gmail.com

Vous n’arrivez pas à imprimer cette affiche?
Envoyez nous simplement une photo de vous et vos collègues motivé·e·s le poing levé !

Assemblée Générale 8 novembre 2019

Deuxième Assemblée Générale de La santé en lutte !

Tout le monde est convié à participer à cette Grande Assemblée Générale : infirmièr·e·s, sages-femmes, brancardièr·e·s, aides soignant·e·s, personnel de la lingerie, de la restauration, de l’entretien ménager, technicien·ne·s, secrétaires, laborantin·e·s, ambulancièr·e·s, patient·e·s, organisations syndicales, associatives ou membres de la société civile préoccupé·e·s par le devenir de notre santé !

En effet, face aux attaques faites à notre système de santé et à nos conditions de travail, nous devons impérativement nous organiser, citoyen·ne·s et travailleur·euse·s, ensemble ! ✊

Cela fait maintenant plusieurs dizaines d’années que la santé se transforme en valeur marchande. En lieu et place de l’humain, les gestionnaires politiques ne voient plus que des chiffres et des tableaux comptables. Pour eux, rentabilité et flexibilité sont devenues les valeurs centrales de leur gestion. Aujourd’hui, leur objectif principal est de réduire les coûts et d’augmenter les cadences de soins et de travail. Le résultat est une dégradation des soins et une souffrance au travail grandissante.
À tout cela, nous disons STOP !

Nous voulons des conditions de travail et un salaire décent, une stabilité de l’emploi, la fin des temps partiels obligatoires, le paiement de notre temps de change, de l’engagement de personnel supplémentaire pour baisser les charges de travail et enfin avoir le temps de soigner, d’écouter, de rassurer !
Nous voulons des soins de qualité pour toutes et tous, peu importe les niveaux de revenus, peu importe l’origine sociale ou culturelle. Nous voulons la fin de ce système basé sur l’argent qui crée une médecine à deux vitesses !

Si nous voulons un changement nous devons être nombreux·euses !

Voici la proposition d’ordre du jour:
– Retour sur les dernières actions/nouvelles
– Propositions et décisions collectives des différentes actions à venir
– Priorisations des revendications
– Informations sur la campagne « déclare-toi en lutte »

Rendez-vous le 8 novembre à 18h rue de Danemark 70b à Saint Gilles !

67 millions pour les soins de santé… La mobilisation paye !

Cela fait des mois maintenant que le secteur est secoué par une mobilisation importante pour dénoncer les conditions de travail et la dégradation rapide de la qualité des soins que nous pouvons fournir à nos patient·e·s. Ces dernières années, le gouvernement a en effet mené une politique d’austérité à hauteur de plusieurs centaines de millions d’euros et l’impact se fait ressentir aujourd’hui dans tous les aspects de notre travail. C’est dans ce contexte, qu’un projet d’amendement pour octroyer un fond d’urgence pour le secteur de la santé avait été déposé et rejeté par le parlement en juillet.

Depuis, la mobilisation n’a cessé de s’élargir et la pression sur le monde politique s’est accentuée. Ce même amendement a alors été adopté par le parlement ce jeudi 31 octobre et cette somme devrait donc en théorie être allouée au plus vite au secteur des soins.Le gouvernement étant en affaire courantes, il n’est pas à exclure que cela prenne encore longtemps ou que différentes manœuvres politiciennes soient organisées pour que cela n’arrive jamais. De plus, si cette somme est débloquée, c’est le personnel de terrain et les patient·e·s qui doivent en ressentir le bénéfices, non les directions hospitalières.

Pour finir, même si nous reconnaissons, malgré les réserves citées plus haut, que cet apport ferait effectivement du bien au secteur, nous réaffirmons qu’il faut un changement structurel dans la gestion de la santé. 67 millions ne sauveront pas le secteur. Une bouffée d’oxygène, certes, mais la dynamique marchande derrière la gestion politique et managériale des soins subsiste, et ceci est inadmissible.

Quoiqu’il en soit, cela démontre que la mobilisation peut nous faire obtenir des victoires, des plus grandes encore sont à venir. Nous appelons l’ensemble des collègues du secteur à se déclarer en lutte à nos côtés pour faire gagner nos revendications !

Le personnel de la santé est en colère !

Communiqué du 29 octobre 2019
Après une mobilisation au printemps, amorcée par l’hôpital Brugmann dans le public, embrayée par les hôpitaux du privé via les #mardisdesblousesblanches ; la rentrée de septembre s’est faite chaude également !

Malgré tout, les fédérations patronales campent sur leurs positions, ne rechignent pas à maltraiter les grévistes et mettre la pression sur leur personnel ; et, de son côté, le gouvernement ne semble pas questionner sa politique d’austérité budgétaire. Bref, un seul constat : nous ne sommes pas entendu·e·s. Pire, dans certains hôpitaux s’opèrent des contre-offensives de la part des directions hospitalières. Inadmissible !

Face à cet immobilisme et ces agressions, il devient inévitable de monter le ton.

Voilà pourquoi ce mardi 29 octobre nous nous rassemblons devant le cabinet de Maggie De Block, plus déterminé·e·s que jamais.
Un rassemblement pour faire entendre la voix des travailleurs et des travailleuses de la santé, pour faire entendre la voix de la population, « Maggie tue la santé ! ». Elle, la logique financière derrière, les directions hospitalières, le management, toutes et tous ont qu’un seul objectif : rentabilité et économie. Comme partout dans notre société, cette politique libérale pousse à la rationalisation et l’augmentation des cadences : exit l’humain dans nos soins, car pour eux le relationnel n’est pas rentable, il faut être plus productif, plus de soins et plus vite ! Ils font la chasse aux temps morts, aux lits vides et aux salles d’op inoccupées, et remplissent toujours plus, remplacent toujours plus vite.

Ceci n’est pas tenable ! Ceci n’est pas acceptable ! Nous ne voulons plus de cette logique mercantile, nous ne voulons plus de cette course à l’argent ! Nous voulons soigner correctement, humainement ! Nous voulons avoir le temps de discuter, de soigner, d’écouter, de prendre la main, d’accompagner, d’expliquer, …

Les soins suivent la logique qui domine aujourd’hui dans notre société, celle du profit. Voilà maintenant plusieurs dizaines d’années que la santé se transforme en valeur marchande. Les gestionnaires politiques ne voient plus que des chiffres et des tableaux comptables. Pour eux, rentabilité et flexibilité sont devenues les valeurs centrales de leur gestion. Bref, nous devons aller toujours plus vite, avec toujours moins de personnel et toujours moins de matériel ! Pour qui ? Pourquoi ? A tout cela, nous disons STOP !

Nous voulons des conditions de travail et un salaire décents, une stabilité de l’emploi, la fin des temps partiels obligatoires, le paiement du notre temps de change, de l’engagement de personnel supplémentaire pour baisser les charges de travail et enfin avoir le temps de soigner, d’écouter, de rassurer ! Nous voulons avoir le temps long pour soigner vos familles, vos ami.e.s, vos parents, pour vous soigner vous, correctement, humainement !
Nous voulons des soins de qualité pour toutes et tous, peu importe les niveaux de revenus, peu importe l’origine sociale ou culturelle. Nous voulons la fin de ce système basé sur l’argent qui crée une médecine à deux vitesses !

Nous ? Nous nous sommes « La santé en lutte », nous sommes infirmièr·e·s, sages-femmes, brancardièr·e·s, aides soignant·e·s, personnel de la lingerie, de la restauration, de l’entretien ménager, technicien·ne·s, secrétaires, laborantin·e·s, ambulancièr·e·s, patient·e·s, etc. ; syndiqué·e·s et non-syndiqué·e·s. Nous sommes également citoyen·ne·s et désireux·ses d’un système de santé basé sur l’humain plutôt que sur les logiques financières qui dominent aujourd’hui notre société.

Nous sommes la base sans qui rien n’est possible et nos revendications sont justes et légitimes ! Nous n’avons rien à perdre et tout à gagner, ensemble nous serons plus fort·e·s !

Nous vous invitons à nous rencontrer ce mardi 29/10 à 17h30 au Bld du Jardin Botanique, 50 1000 Bruxelles.